Viniyoga ? Hatha Yoga ? Tirons tout cela au clair.

On peut se perdre entre toutes ces formes de yoga qui sont maintenant proposées. Le terme Viniyoga apposé ici au yoga que l’on pratique n’est pas un yoga de plus rajouté au bataillon. Il s’agit d’un état d’esprit pour pratiquer le Hatha Yoga.

Courte histoire du yoga

Le yoga est un art millénaire, de tradition indienne. On retrouve ce terme dans les vedas et les upanishads qui sont la source de la culture indienne. Les définitions varient et rien ne permet d’enfermer le yoga dans une pratique particulière.

Le premier traité qui concernera exclusivement le yoga comme pratique et cheminement spirituel sera le Yoga-Sûtra de Patanjali. Le yoga devient clairement défini comme une pratique sur notre mental, qui une fois apaisé permet un Eveil de la conscience, et avant cela une réduction de la souffrance, quête si chère à la culture indienne. La réduction de la souffrance et la libération du Soi est l’objectif de tous les grands systèmes philosophiques indiens. Le yoga est le système qui passe par la pureté du mental et propose un cheminement concret. Celui-ci consiste à soigner sa relation aux autres et à soi-même, à pratiquer une ascèse sur le corps, la respiration, et ainsi permettre Nirodha, c’est-à-dire faire taire le mental. Dans ce traité, le yoga permet d’améliorer son action quotidienne par la réduction de la souffrance et la maîtrise de l’énergie vitale (chapitre 2), donne des pouvoirs extraordinaires (chapitre 3), et libèrerait même définitivement de la souffrance (chapitre 4).

C’est au Xe siècle qu’apparaissent des courants appelés trantriques, qui conduiront à la création du Hatha-Yoga (le terme hatha-yoga utilisé aujourd’hui est considérablement éligné de la signification ancienne …), qui poussera très loin la maîtrise et le contrôle de l’énergie du corps ainsi que l’obtention de pouvoirs. Progressivement, ces adeptes vont enfermer le yoga dans des pratiques ésotériques, s’approprier ces connaissances, et couper le yoga du reste du monde. Un savoir considérable se développe autour de la connaissance du corps humain, de l’énergie subtil qui y circule, mais tout cela devient secret étant donné la dangerosité des pouvoirs que ces pratiques libéreraient. Le Hatha Yoga devient ainsi un yoga extrême dans la purification du corps et la maîtrise de la circulation énergétique en soi.

Cependant le yoga tel que le présentait Patanjali continuera à se transmettre de maître à disciples, parallèlement aux traditions plus tantriques.

C’est au début du XXe siècle, par des yogi comme Krishnamacharya entre autres que le yoga se rouvrira au monde, intégrant à la fois des concepts issus du Hatha Yoga tout en restant fidèles à l’enseignement complet de Patanjali.

Ainsi, toutes les précieuses connaissances issues du Hatha-Yoga, tant la richesse des postures, des exercices respiratoires, et les connaissances anatomiques du corps physique et énergétique, permettront de développer un yoga accessible à tous, et respectant la sagesse du Yoga-Sûtra invitant à utiliser le yoga avant tout pour apaiser le mental, en veillant au respect des autres et de soi-même. Le yoga prendra une forme thérapeutique, et de soutien au quotidien, sans négliger la possibilité d’emprunter le yoga pour mener une grande quête spirituelle pour ceux qui aspirent à cela.

Aujourd’hui, le Hatha Yoga est largement démocratisé, et n’a plus du tout la singification ésotérique et secrète qu’avait ce terme au moyen-âge indien. Hatha-Yoga signifie maintenant la pratique des exercices posturaux (âsana) et respiratoires (prânâyâma), ainsi que les techniques de scellement de l’énergie (mudra).

Apparition du Viniyoga

Le terme Viniyoga provient de la lignée de Krishnamacharya. Il utilise initialement ce terme dans la rédaction de son traité le Rahasya Yoga, afin de présenter comment le yoga doit prendre en considération les caractéristiques d’une personne (son mode de vie, son état physique, ses croyances, …). Vini apporte le concept d’ajustement de la pratique.

Krishnamacharya a étudié les techniques de Hatha Yoga, ainsi que les traités de yoga antérieurs à ce courant. Il a clairement pris parti pour faire le tri dans toutes ces techniques et conserver ce qui lui semblait correct pour ses contemporains du XXe siècle. Avec audace et intelligence, il exploitera ces connaissances subtiles révélées au fur et à mesure des lignées de yogi, et construira le yoga du XXe siècle. Dans les années 60, il rencontre de plus en plus d’occidentaux souhaitant apprendre le yoga, et ainsi recherche avec son fils T.K.V Desikachar comment adapter ces techniques à chaque personne. Dans les années 70, quelques pionniers français comme Claude Maréchal, qui apprennent le yoga auprès de Desikachar, publient une revue d’enseignement du yoga, et décident de la nommer Viniyoga. Ils souhaitent faire référence au sutra 6 du 3e chapitre du Yoga-Sûtra « Tasya Bhûmishu Viniyogah », qui enseigne que la pratique du yoga se fait par progression graduelle. C’est ainsi que naît ce courant qui prendra le nom de Viniyoga. Il s’agit d’un savoir-faire dans l’enseignement du yoga qui permet à chacun de suivre une pratique sérieuse et complète de Hatha Yoga avec une adaptation intelligente et respectueuse, et surtout en phase avec nos modes de vie et nos croyances personnelles. Le yoga peut ainsi défendre des vertues thérapeutiques, et s’ouvrir à chacun en partant de là où il est. La formule du viniyoga est « ça n’est pas la personne qui s’adapte au yoga, mais le yoga qui doit être ajusté à chaque personne »

A la fin de sa vie, Desikachar formulera le souhait de ne plus utiliser le terme Viniyoga, qui serait maladroitement devenu synonyme de « simplification » et « pratique en douceur ». Il se désolait de cela et défendait qu’une pratique viniyoga pouvait parfois « bousculer » quelqu’un avec justesse afin de lui permettre une évolution, en définissant un chemin progressif, respectueux de là où se situe la personne. Une pratique Viniyoga peut proposer des postures très exigentes et des rythmes respiratoires très poussés si la personne peut les accueillir et si celle-ci en a besoin.

En conclusion, Viniyoga, c’est proposer une pratique de Hatha-Yoga complète, qui reste néanmoins fidèle aux enseignements du sage Patanjali, et permettant à chacun d’entre-nous de trouver sa voie au moyen de toute la palette d’outils proposés par le yoga pour cheminer vers une connaissance profonde et un discernement.

1 réflexion sur “Viniyoga ? Hatha Yoga ? Tirons tout cela au clair.”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut